S’inscrire à la Newsletter

Hygiène intime féminine

Home/Gynécologie/Hygiène intime féminine

novembre 7, 2022

Hygiène intime féminine

Microbiome vaginal

Le microbiome vaginal influence la qualité de vie, protège contre les agents pathogènes et influence la fertilité et le succès de la reproduction[i].
Les changements dans l’équilibre du système microbien peuvent entraîner de profondes modifications de la santé, la recherche dans le domaine du microbiome se concentre sur la détermination des micro-organismes qui caractérisent un microbiome sain afin de corréler certains profils microbiens avec des symptômes indésirables en termes gynécologiques et obstétricaux[ii].
La composition du microbiote vaginal peut être affectée par plusieurs facteurs de santé, tels que l’utilisation d’antibiotiques, l’activité sexuelle, l’utilisation de méthodes contraceptives et même par la forme de l’hygiène[iii].
À mesure que la recherche sur le microbiome progresse, il est important de comprendre l’impact de diverses pratiques d’hygiène vaginale sur le microbiote et les conséquences sur la santé.

Les habitudes d’hygiène intime les plus courantes et leurs risques

Plusieurs études qui analysent les comportements d’hygiène intime se concentrent en particulier sur l’irrigation vaginale, il y a des indications que son utilisation varie, données du Center for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis rapportant qu’environ 20% des femmes âgées de 15 à 44 ans utilisent cette méthode au moins 1 fois par an[iv].
Cette pratique est liée à plusieurs effets négatifs sur le plan obstétrical et gynécologique, allant des maladies inflammatoires pelviennes (DIP/PID[1]), diminution de la fertilité, grossesse extra-utérine, naissance prématurée, cancer du col de l’utérus, vaginose bactérienne (également appelée vaginite ou VB[2]) et risque accru d’infection par un agent pathogène sexuellement transmissible[v].
Selon une enquête rassemblant des données auprès de près de 4000 femmes américaines, les femmes qui pratiquent des irrigations vaginales dans leur hygiène présentent plus de symptômes de vaginose bactérienne que celles qui ne le font pas. Les mêmes indicateurs montrent également que malgré cela, il n’y a pas de corrélation entre le lavage vaginal et l’incidence de la VB. A partir des données de cet échantillon, il a également été possible de vérifier l’existence d’une association significative entre la prévalence de la vaginite bactérienne et l’utilisation de lingettes intimes[vi].
Des recherches menées sur les pratiques d’hygiène des femmes américaines en plus de l’irrigation ont conclu que celles qui utilisaient des techniques d’irrigation étaient plus susceptibles d’utiliser d’autres produits d’hygiène, tels que des sprays[3], des lingettes, des poudres et des solutions de lavage[vii].
Études aux États-Unis[4] rapportent qu’environ 42 à 53 % des femmes utilisent des sprays, 17 à 50 % utilisent des lingettes intimes et 23 à 46 % des produits anti-démangeaisons[viii].
Bien qu’il n’y ait aucune justification claire de la raison pour laquelle l’utilisation de produits d’hygiène intime courants est liée à l’incidence accrue d’infections et aux changements dans la santé intime, il est clair que leur utilisation est corrélée à un risque accru de ces conditions. L’utilisation de solutions de lavage désinfectantes est associée à un risque accru d’infections fongiques et de vaginose bactérienne, l’utilisation de lingettes intimes ou pour bébés est associée à un risque accru d’infections urinaires et l’utilisation d’hydratants/lubrifiants est associée à une incidence accrue des deux altérations, tandis que les irrigations vaginales étaient associées à toutes les altérations susmentionnées.


[1] PID en anglais pelvic inflammatory disease

[2] BV en anglais bacterial vaginosis

[3] habituellement appelé déodorant vaginal et peu utilisé en Europe

[4] aussi appelée transversale ou verticale

[i] Vaginal microbiome of reproductive-age women. Proc Natl Acad Sci U S A. 2011 Mar 15;108 Suppl 1:4680-7. doi: 10.1073/pnas.1002611107.

Vaginal microbiome and epithelial gene array in post-menopausal women with moderate to severe dryness. PLoS One. 2011;6(11):e26602. doi: 10.1371/journal.pone.0026602. Epub 2011 Nov 2.

Probiotic strategies for the treatment and prevention of bacterial vaginosis. Expert Opin Pharmacother. 2010 Dec;11(18):2985-95. doi: 10.1517/14656566.2010.512004.

[ii] The Vaginal Microbiome: Current Understanding and Future Directions. J Infect Dis. 2016 Aug 15;214 Suppl 1:S36-41. doi: 10.1093/infdis/jiw184.

Characterization of the vaginal microbiota of healthy Canadian women through the menstrual cycle. Microbiome. 2014 Jul 4;2:23. doi: 10.1186/2049-2618-2-23.

Resolution and characterization of distinct cpn60-based subgroups of Gardnerella vaginalis in the vaginal microbiota. PLoS One. 2012;7(8):e43009. doi: 10.1371/journal.pone.0043009.

The microbiota of the vagina and its influence on women’s health and disease. Am J Med Sci. 2012 Jan;343(1):2-9.

[iii] The influence of behaviors and relationships on the vaginal microbiota of women and their female partners: the WOW Health Study. J Infect Dis. 2014 May 15;209(10):1562-72. doi: 10.1093/infdis/jit664.

Understanding vaginal microbiome complexity from an ecological perspective. Transl Res. 2012 Oct;160(4):267-82. doi: 10.1016/j.trsl.2012.02.008.

[iv] Centre for Disease Control and Prevention. Key statistics from the national survey of family growth. 2013.

[v] Vaginal douching and reduced fertility. Am J Public Health. 1996 Jun;86(6):844-50.

Vaginal douching and adverse health effects: a meta-analysis. Am J Public Health. 1997 Jul;87(7):1207-11.

Factors linked to bacterial vaginosis in nonpregnant women. Am J Public Health. 2001 Oct;91(10):1664-70.

Risk of preterm birth that is associated with vaginal douching. Am J Obstet Gynecol. 2002 Jun;186(6):1345-50.

A longitudinal study of vaginal douching and bacterial vaginosis – a marginal structural modeling analysis. Am J Epidemiol. 2008 Jul 15;168(2):188-96. doi: 10.1093/aje/kwn103.

Intravaginal practices, vaginal infections and HIV acquisition: systematic review and meta-analysis. PLoS One. 2010 Feb 9;5(2):e9119. doi: 10.1371/journal.pone.0009119.

[vi] The prevalence of bacterial vaginosis in the United States, 2001-2004; associations with symptoms, sexual behaviors, and reproductive health. Sex Transm Dis. 2007 Nov;34(11):864-9.

[vii] Vaginal douches and other feminine hygiene products: women’s practices and perceptions of product safety. Matern Child Health J. 2006 May;10(3):303-10. Epub 2006 Mar 23.

[viii] Adult feminine hygiene practices. Appl Nurs Res. 1996 Aug;9(3):123-9.

Beyond douching: use of feminine hygiene products and STI risk among young women. J Sex Med. 2009 May;6(5):1335-40. doi: 10.1111/j.1743-6109.2008.01152.x.

Voir la version complète

Autres articles d'intérêt

Verrue plantaire

5 de décembre, 2022|

Verrucae plantaris, généralement appelée verrue plantaire, sont des lésions cutanées ...

Acné

3 de mai, 2022|

L'acné vulgaire est une maladie pilo-sébacée qui touche plus de ...

Go to Top